Traditions et chants :

La galette
Le pékin de bahut

Les fines
Les casos
La gloire
La phrase
Le menu
Le 2S


Le triomphe :

Le Triomphe n'est pas une récompense, ce n'est pas le grade supérieur accordé à qui va se retirer de la scène militaire, mais une porte qui s'ouvre, les moyens donnés à toute une promotion de réaliser les grandes actions dont elle rêve.

Déjà le Triomphe romain, qui était la consécration d'un général victorieux, était aussi l'obligation faite à ce général de remporter la prochaine bataille et de combler les rêves de gloire de la Cité qui l'applaudissait.

De même, à Saint-Cyr, le Triomphe fut d'abord la joyeuse exaltation du gagnant d'un concours de tir, mais le lustre donné à cette mince victoire était, pour le vainqueur, le stimulant nécassaire à une plus éclatante réussite.

Cette journée qui réunit autour de deux promotions de Saint-Cyriens leurs proches et leurs amis, en ses instants d'érudition comme en ses explosions de joie, est avant tout l'accès à une vie d'homme, faite de responsabilités entières, d'échecs acceptés dans la solitude, de réussites partagées avec tous. C'est la possibilité de renouveler et d'amplifier l'œuvre des anciennes promotions, sur les terres mêmes, parfois, où elle fut accomplie. C'est l'obligation de manifester tout le courage, toute la générosité et la compréhension qui naissent de leur jeunesse.