Jumelage


Promotion Capitaine Cozette

- galerie photos
- informations

Biographie

René COZETTE est né le 10 octobre 1920 à Blida. Son enfance est bercée au rythme des unités de tirailleurs et de goums où sert son père. Aussi, très tôt, se prépara t’il à faire une carrière d’officier.

Après de brillantes études au collège de Blida, il prépara Saint-Cyr à la corniche d’Alger. La défaite de 1940 ne lui permet pas d’accéder à cette grande école. Il s’engage alors dans l »armée d’Afrique, qui s’entraîne pour reconquérir le sol métropolitain. Après un séjour au 7° RTM et au 1er Zouaves, il est désigné pour suivre les cours des élèves aspirants à Cherchell, où il rejoint la promotion « général Weygand » (décembre 1942-avril 1943). Après avoir été instructeur au 9° RTA à Miliana, il va participer aux campagnes de la 1ère armée, au sein du célèbre 2° groupement de tabors marocains.

C’est d’abord la Corse en septembre 1943, puis le débarquement à l’île d’Elbe, où, le 18 juin 1944, il est blessé et reçoit sa première citation. Il se fait ensuite particulièrement remarquer au combat d’Aubagne pour la libération de Marseille, puis dans les Vosges, en octobre 1944, pour la libération de l’Alsace, où il est à nouveau blessé le 11 décembre. L’attribution sur sa croix de guerre de cinq citations, dont trois à l’ordre du corps d’armée témoigne « de son allant, de son courage et de son sang-froid ».

Le 2° GTM étant dissous en juillet 1946, il rejoint la Légion étrangère, avec laquelle il part en Indochine dans les rangs du 2° REI. Officier de renseignement, chef de commando de partisans, il participe aux opérations de son unité au Tonkin et dans le sud Annam. Blessé une nouvelle fois le 11 juillet 1948, il est fait chevalier de la Légion d’honneur pour services de guerre exceptionnels : « Officier brave au feu, chef de section mordant et accrocheur, toujours en tête de son unité, et qui, à chaque opération, confirme sa réputation acquise au cours le campagne 43-45 ».

Après un séjour de deux ans, il revient en Algérie où il est désigné pour l’encadrement et l’instruction des unités de la Légion à Saïda (Algérie) puis au 6° REI à Aïn Draham (Tunisie). Il retourne en Indochine en 1954, affecté au 5° REI.

C’est avec cette unité qu’il livrera son dernier combat, sur sa terre natale. En effet, il quitte Saïgon, le 14 mars 1956, en précurseur de son régiment, et débarque à Alger le 17. Il sera tué le 20 en poursuivant une bande rebelle qui lui avait tendu une embuscade et qu’il avait mise en fuite. Il trouve la mort devant un ennemi très supérieur en nombre dans les environs de Marnia (région de Tlemcen), à la frontière algéro-marocaine.

A ses obsèques, le ministre de la Défense nationale dépose sur son cercueil la propre croix d’officier de la Légion d’honneur du chef de corps du 5° REI. Celui-ci écrit à ses parents : « Il était le meilleur parmi nous ».

Le capitaine COZETTE était : officier de la Légion d’honneur, croix de guerre 39-45 avec 5 citations, croix de guerre TOE avec 4 citations, CVM avec palme, titulaire à titre individuel de la fourragère aux couleurs de la médaille militaire du 2° GTM.